1. Définition et présentation de l’épreuve d’entretien

 
 
L’entretien représente plus de la moitié des coefficients de l’oral d’admission dans la quasi-totalité des écoles. À part HEC, toutes imposent une épreuve d’entretien.
Les jurys sont composés de 2 ou 3 personnes, en général un professeur ou dirigeant de l’école, un cadre d’entreprise et, parfois, un(e) étudiant(e) de 3ème année. Certaines écoles, comme TBS, invitent des professeurs de CPGE à participer aux jurys.
Dans quelques écoles, dont Audencia, l’entretien débute par un court exposé sur un sujet préalablement tiré et préparé par l’étudiant.
 

Un entretien de personnalité et de motivation

 

    • La personnalité : les écoles ne recherchent pas de profil particulier. Bien au contraire, leur richesse se nourrit de la diversité de leur recrutement, tant du point de vue de la personnalité des candidats que de leurs origines géographiques, sociales ou culturelles. Les candidats doivent donc éviter à tout prix de se conformer à une supposée norme attendue par les écoles : celles-ci conseillent toujours au candidat d’« être lui-même ». À travers le récit et le bilan pour eux-mêmes de leurs expériences (voyages, activités sportives et culturelles, engagements associatifs, etc.), les candidats permettent au jury d’apprécier leurs profils.

 

    • La motivation : après deux années en classes préparatoires, un étudiant ne candidate pas par hasard dans une école. Il s’agit d’un projet mûrement réfléchi. Le candidat doit donc être capable de faire partager au jury l’envie qu’il a de rentrer dans une école. Cela suppose une certaine capacité à se projeter dans l’avenir, y compris, parfois, avec une part de rêve. En revanche, l’école n’attend pas de l’étudiant un projet professionnel précis et encore moins un projet de métier particulier.

 

  • La cohérence entre la personnalité, la motivation et le monde de l’entreprise vers lequel la plupart des étudiants se destinent sera un élément clé de l’évaluation de l’entretien.

 

Remarques sur l’esprit de l’épreuve

 

    • L’épreuve d’entretien n’est directement liée à aucune des disciplines évaluées à l’écrit, mais, indirectement, elle les mobilise toutes.

 

    • L’entretien n’évalue pas des connaissances : celles-ci ont déjà été évaluées à l’écrit. Le jury sera intéressé par la capacité du candidat à faire partager une opinion, une réflexion, un ressenti, une émotion ou même une passion pour tel ou tel sujet (actualités, culture, sport, etc.). Le candidat fait alors appel à son vécu, à ses expériences associatives ou autres.

 

  • Les jurys n’ont pas pour objectif de déstabiliser les candidats : ils cherchent au contraire à les mettre en confiance de manière à établir un véritable échange et à avoir ainsi les meilleures chances de découvrir leur personnalité. En revanche, si le candidat s’invente manifestement un personnage ou manque de sincérité, le jury, toujours composé de personnalités aguerries, peut placer l’étudiant devant ses contradictions.

 

Le déroulement de l’épreuve

 
La durée de l’échange avec le jury varie selon les écoles entre 20 et 45 minutes.
 

    • Pour les entretiens sans sujet d’exposé : le candidat remplit préalablement un questionnaire (souvent téléchargé et transmis par internet) ou un CV. Le jury prend connaissance de ce document quelques minutes avant que le candidat ne se présente devant lui. Le questionnaire porte sur les centres d’intérêt, les motivations, les expériences, les projets et la projection dans l’avenir du candidat. C’est pourquoi ce document doit être rempli avec soin, car il peut parfois guider l’entretien.

 

  • Pour les entretiens avec exposé : le candidat tire un sujet au sort et dispose de 30 min de préparation. L’exposé dure en général 5 minutes : il ne s’agit pas d’une khôlle, car le candidat parle devant un jury qui n’est pas forcément spécialiste du thème abordé. C’est la capacité à éveiller l’attention des interrogateurs et à défendre une vision du sujet proposé : éviter les plans [thèse/antithèse/synthèse !] sera donc apprécié. L’essentiel de l’épreuve reste néanmoins constitué par l’entretien de personnalité et de motivation qui suit l’exposé.
  •  

Critères de notation de l’épreuve

 
La note finale est toujours établie par consensus entre les jurés. La notation n’a rien de comparable avec celles des écrits : la moyenne des notes oscille entre 12 et 14/20 selon les écoles. Toutes les écoles évaluent grosso modo les mêmes dimensions et compétences. À titre d’exemple, voici les éléments évalués à ESCP-Europe, représentatifs de toutes les écoles :
 

Dimensions / Compétences Qualités
Aptitudes intellectuelles Rigueur / Capacité d’écoute / Curiosité / Synthèse
Aptitudes à l’action Liaison réflexion-action [sens pratique] / Dynamisme/Autonomie
Traits de personnalité Enthousiasme / Générosité [ouverture aux autres] / Authenticité
Comportement lors de l’entretien Présentation / Maîtrise de soi / Pouvoir de conviction
Stages, expériences diverses Intérêt / Narration

 
 

2. Le Triptyque d’HEC [source : hec.fr]

 
 

Objectif de l’épreuve

 
L’épreuve a pour objectif d’apprécier les qualités intellectuelles, personnelles et relationnelles des candidats dans des situations de relation à autrui.
 

Déroulement de l’épreuve

 
L’épreuve d’entretien propose aux candidats trois rôles pour exprimer leurs qualités : ils sont successivement et dans un ordre aléatoire « convaincant », « répondant » et « observateur » durant une session d’une demi-journée.
 

Le « Convaincant »

     

  • 15 minutes de préparation
  • 4 minutes d’exposé
  • 5 minutes de débat

 
Le « convaincant » se voit proposer un sujet et prépare une réflexion argumentée [15 minutes].
 
Mis en présence d’un « répondant » devant les examinateurs, le « convaincant » présente et soutient sa réflexion sur le sujet [4 minutes]. Il lui est demandé de développer une argumentation organisée, précise et pertinente. Après l’exposé du « convaincant », une discussion s’engage avec le « répondant ».
 

Le « Répondant »

     

  • Pas de préparation
  • 5 minutes de débat

Le « répondant » ne connaît pas le sujet traité par le convaincant  [il n’a pas de temps de préparation]. À l’issue de l’exposé du « convaincant », le « répondant » engage la discussion [5 minutes]. En fonction de sa réflexion et des arguments proposés par le « convaincant », ses apports pourront compléter l’analyse en faisant apparaître des dimensions non explorées par le « convaincant » ou présenter une approche différente du sujet.
 
Le « convaincant » et le « répondant » animent le débat afin de parvenir à une conclusion établissant clairement les principaux éléments de la réflexion, que les candidats soient en accord ou non sur le sujet.
 

L’« Observateur »

     

  • Pas de préparation
  • Observation des deux débats

 
Chaque candidat observe deux débats « convaincant-répondant ».
 
Durant ces deux débats, l’« observateur » n’intervient pas dans la discussion : il prend des notes pour étayer ses observations. Il a, ensuite, un entretien individuel d’environ 5 min. avec les examinateurs. Il lui est demandé une analyse critique des débats et des contributions respectives des candidats observés.
 

Critères de notation de l’épreuve

 
Les qualités suivantes sont observées et évaluées par les examinateurs :
 

    • Qualités intellectuelles : il est attendu des candidats une étude pertinente du sujet, une cohérence de l’argumentation, une clarté et une précision dans l’expression du raisonnement démontrant leur capacité à raisonner [analyser, structurer, synthétiser].

 

  • Qualités personnelles : les candidats doivent présenter une réflexion personnelle témoignant de l’autonomie et de l’originalité de leur pensée. Leur capacité à s’engager dans la réflexion et le débat sera appréciée.

 

  • Qualités relationnelles : en situation d’interaction, il est attendu des candidats de savoir écouter et contribuer à la dynamique des échanges, en étant capables d’intégrer les arguments proposés et de construire une réflexion, voire des propositions communes.