Les classes préparatoires voie économique

 

 

Les classes préparatoires économiques et commerciales, voie économique, permettent aux élèves de consolider leur formation et de préparer les grandes écoles de management.
Bien adaptées à la formation reçue dans le secondaire, ces classes offrent aux étudiants qui s’y inscrivent des débouchés variés et des carrières de cadres supérieurs de haut niveau. Le caractère généraliste et diversifié de la formation contribue à rendre les anciens élèves particulièrement attractifs sur le marché de l’emploi.
La voie économique accueille aujourd’hui environ 40% des étudiants des classes préparatoires économiques et commerciales.
Il existe environ 90 classes préparatoires économiques et commerciales, voie économique, dans des lycées publics et privés sous contrat réparties sur l’ensemble du territoire national. Pour connaître ces lycées et leurs caractéristiques, il faut consulter le site du Ministère de l’éducation nationale (www.admission-postbac.fr/).

 

 

Le profil pour suivre une prépa voie économique

Les classes préparatoires de la voie économique accueillent les bacheliers de la série ES (toutes spécialités) ainsi que ceux de la série L, ayant suivi la spécialité « mathématiques ».
Il n’est pas indispensable d’avoir suivi l’option « Mathématiques » en terminale ES. Certains étudiants ayant suivi l’option « économie approfondie  » ou « sciences politiques et sociales  » obtiennent des résultats très satisfaisants en mathématiques en classe préparatoire et aux concours.
Pour les élèves de terminale, attachés au caractère pluridisciplinaire de la série ES, la voie économique constitue un chemin de la réussite et de l’épanouissement. C’est, en effet, l’une des très rares filières de l’enseignement supérieur offrant à la fois une formation philosophique, littéraire et linguistique, mais aussi économique et mathématique, de haut niveau.
Les bacheliers L, spécialité « mathématiques », peuvent postuler pour entrer en classe préparatoire voie économique. Néanmoins, il faut attirer l’attention des futurs candidats sur le programme optionnel de mathématiques en terminale L. Celui-ci n’est comparable, ni dans ses objectifs, ni dans ses contenus, avec le programme obligatoire de la série ES.
 

Les qualités pour y entrer et réussir ?

 

  • un bon niveau en terminale, car l’enseignement dispensé dans la voie économique est en continuité avec celui suivi en amont,
  • un dossier équilibré : pas de trop grande faiblesse dans l’une des disciplines enseignées en classe préparatoire, même si un point faible ici ou là peut toujours être rattrapé ou compensé,
  • un intérêt pour les lettres, la philosophie et les langues, les sciences économiques et sociales, les mathématiques,
  • une ouverture sur les grandes questions contemporaines.

Outre les qualités « académiques » indispensables, la réussite dépend aussi, et peut-être surtout, de la motivation, de la capacité et des méthodes de travail, de la curiosité intellectuelle toujours en éveil, du désir de se cultiver, voire des qualités humaines dont on fera preuve.
Pour les bacheliers ES, les classes préparatoires voie économique sont les seules dont les enseignements prolongent directement ceux du secondaire. Les bacheliers ES ont donc toutes les chances d’y réussir.
Pour les bacheliers L option mathématiques, l’absence d’un enseignement de sciences économiques et sociales dans le secondaire ne constitue pas une réelle difficulté. La formation reçue dans le secondaire dans le domaine de l’expression écrite et en histoire leur permet d’assimiler les notions et mécanismes de la science économique. Cependant, la difficulté posée par le programme de la spécialité « mathématiques » ne peut être surmontée que par une forte motivation.

 

 

Les matières enseignées en prépa ECE

La scolarité s’effectue sur deux ans et le volume horaire des différentes matières est identique en première et en deuxième année.
Enseignements et horaires hebdomadaires :

Disciplines Première année Deuxième année
Mathématiques et informatique 8h (dont 2 heures de TD) + 1 heure d’informatique* 8h (dont 2 heures de TD) + 1 heure d’informatique*
Culture générale 6h 6h
Langue vivante 1 3h 3h
Langue vivante 2 3h 3h
Economie, sociologie et histoire (ESH) 6h 6h
Economie approfondie 2h 2h
Education physique et sportive 2h 2h

 

A ces horaires de cours, il faut ajouter :

  • des interrogations orales dans toutes les disciplines permettant aux étudiants d’être bien encadrés et de bénéficier d’un suivi personnalisé par leurs professeurs,
  • des devoirs et concours blancs périodiques.

Les horaires hebdomadaires d’économie, sociologie et histoire (6h), d’économie approfondie (2h), de mathématiques (8h) et d’informatique (1h), 17 heures au total, démontrent l’importance de la dimension économique, historique et mathématique de la formation. A l’écrit des concours, les coefficients des épreuves d’ESH et de mathématiques représentent en moyenne de 40% à 50% du total.

 

Deux autres groupes de disciplines jouent un rôle significatif et se partagent, à égalité, le reste des horaires :

  • la culture générale, vue sous deux de ses facettes, philosophique et littéraire, fait l’objet de six heures de cours hebdomadaires, en première comme en seconde année,
  • les cours hebdomadaires correspondant aux deux langues vivantes (dont obligatoirement l’anglais, en première ou en seconde langue) représentent, ensemble, un poids similaire à la culture générale,

A l’écrit des concours, ces deux disciplines comptent pour 60% à 50% des coefficients. Les programmes sont, pour la culture générale et les langues, les mêmes que dans les voies scientifique et technologique.
La voie économique se différencie des deux autres voies par le programme d’économie, sociologie et histoire du monde contemporain et d’économie approfondie et par celui de mathématiques et informatique.
En économie, sociologie et histoire du monde contemporain, le programme prolonge celui de sciences économiques et sociales du secondaire et comporte une dimension historique plus marquée.
En mathématiques, le programme est adapté aux acquis du bac économique et social.
 

Que faire après deux ans de Prépa voie économique ?

 

→ SE PRESENTER AUX CONCOURS DES GRANDES ECOLES DE COMMERCE

Après deux ans d’études, les étudiants de prépa présentent les concours des écoles de management. En culture générale et en langues, les épreuves des concours sont les mêmes pour les trois voies. En économie, sociologie et histoire du monde contemporain et en mathématiques et informatique, les épreuves sont spécifiques.
Pour réussir, il faut avoir un profil équilibré et ne négliger aucune matière.

→ SE PRESENTER A D’AUTRES CONCOURS DE GRANDES ECOLES

 

Les classes préparatoires économiques et commerciales offrent la possibilité de passer d’autres concours des grandes écoles :

  • les concours des Instituts d’Etudes politiques
  • l’École militaire spéciale de Saint-Cyr
  • l’Ecole normale supérieure de Cachan (www.ens-cachan.fr)

 

→ CHANGER D’ORIENTATION

 

Les changements d’orientation sont rares mais ne présentent pas de difficulté. Les étudiants peuvent se réorienter soit après la première année de classe préparatoire, soit après la deuxième année.

  • Tous les lycées ont passé des conventions avec les universités de sciences économiques et de gestion qui permettent aux étudiants d’obtenir des équivalences, d’entrer en deuxième année de licence (à la fin de la première année de classe préparatoire), ou en troisième année de licence (à la fin de la deuxième année).
  • Les deux filières privilégiées de réorientation vers l’université sont l’économie-gestion, économie et management et l’administration économique et sociale (AES).
  • Il est aussi possible de se réorienter dans d’autres filières : instituts d’études politiques, à l’université en lettres, philosophie, langues, langues + économie.

 

 

* Durée moyenne à raison de 5mn par élève par groupes de 12.