Economie, voie T

 
 

1) Orientations générales

 
Dans l’option technologique, l’enseignement de l’économie vise l’acquisition de connaissances et la maîtrise d’outils méthodologiques destinés à permettre aux étudiants de développer une réflexion structurée sur les problèmes économiques contemporains abordés dans le cadre du programme.
 
Prenant appui sur les connaissances et les compétences acquises dans le cycle de première et terminale STMG, le programme d’économie poursuit deux objectifs principaux :
 

  • apporter les références théoriques nécessaires au développement d’une culture générale dans le domaine économique permettant de comprendre les grandes questions économiques contemporaines ;
  • développer des compétences d’argumentation, d’analyse et de synthèse dans leur traitement

 
L’enseignement d’économie apporte à l’étudiant :
 

  • une culture et une formation générale l’amenant à s’interroger sur les enjeux économiques majeurs et à mieux les comprendre, afin d’exercer une réflexion critique sur certaines des grandes questions économiques actuelles ;
  • des méthodes spécifiques qui développent le sens de l’observation et la capacité d’analyse des phénomènes économiques, avec un souci de rigueur et d’objectivité ;
  • une contribution à l’exercice de sa citoyenneté, en l’amenant à construire un discours argumenté et à développer un esprit critique ;
  • une compréhension de la diversité des approches explicatives.

 
 

2. Contenu du programme

 
Structuré en quatre modules, le programme s’inscrit dans une démarche de semestrialisation. Il constitue la base de la préparation aux concours.
 
Module 1 : introduction au fonctionnement de l’économie : les agents économiques, les grands équilibres macroéconomiques, le fonctionnement de l’économie de marché
 
Module 2 : conditions et finalités de la croissance : les facteurs de production, déterminants de la croissance, financement de la croissance, développement durable
 
Module 3 : le développement des échanges internationaux : organisation des échanges, mobilité du capital, effets de la mondialisation, l’Union Européenne au sein de l’économie mondiale
 
Module 4 : déséquilibres économiques et politiques économiques : intervention des pouvoirs publics dans l’allocation des ressources, dans la redistribution, dans la régulation, l’inflation, le chômage
 
L’horaire hebdomadaire est de 3h.
 
 

3. Les épreuves au concours

 
Il n’existe pas d’épreuve distincte d’économie, cette discipline est évaluée dans une épreuve d’économie et de droit qui dure 4 heures et comporte deux parties indépendantes dont le poids est strictement équivalent dans la note finale. Il convient donc de mener un travail équilibré entre la partie économique et la partie juridique. Les sujets abordent tous les grandes questions économiques, il est donc décisif de se tenir informé des grands évènements économiques et sociaux.
 
Trois types d’épreuve d’économie sont proposés selon la banque de concours :
 
– L’épreuve du sujet Essec, épreuve de 2h30, comprend deux sous-parties : la note de synthèse. Cet exercice compte pour 60 % de la note attribuée pour la partie économie. Le dossier documentaire fourni est composé de 4 à 5 documents (textes, tableaux, graphiques) pour un volume compris entre 2 500 et 3 000 mots. La note de synthèse doit être rédigée en 500 mots +/-10%. Et la question de réflexion argumentée compte pour 40% de la note attribuée
 
– Sujet ESC, épreuve de 2h30, composée uniquement d’une note de synthèse
 
– Sujet Ecricome, épreuve de 1h30, comprend un QCM constitué de trois types de questions : des questions d’actualité, des questions sur le sens de notions et de concepts, des questions sur les auteurs et les théories. Et une question de réflexion argumentée
 
 

4. Quelle préparation ?

 
Pour réussir ces différentes épreuves, l’étudiant doit :
 

  • maîtriser le cours,
  • développer une réflexion autour de grandes problématiques,
  • mener une analyse rigoureuse,
  • rédiger clairement.

 
La lecture de la presse et d’ouvrages de réflexion est indispensable pour que l’étudiant développe une argumentation.
 
Le travail personnel est important. Il implique notamment la lecture de la presse et d’ouvrages dont les références sont indiquées par le professeur.
 
Les interrogations orales sont organisées en cycles de 2 ou 3 semaines. Cela permet à l’étudiant de réfléchir sur des problèmes contemporains et de développer une argumentation, logique et structurée. C’est également le moment privilégié pour reprendre, avec un professeur, certains aspects théoriques mal compris.